Déclaration d'unité

Club of Budapest - Le Club de Budapest

THE ONENESS DECLARATION
 La Déclaration d’Unité

Sixteen Hallmarks of the New Consciousness
 by Ervin Laszlo with Gyorgyi Szabo

Les 16 piliers de la Nouvelle Conscience selon Ervin Laszlo avec Gyorgyi Szabo

1. outside of the world. The world is in me, and I am in the world.
I am part of the world. The world is not outside of me, and I am not

Je fais partie du monde. Le monde n’est pas en dehors de moi, et je ne suis pas en dehors du monde. Le monde est en moi et je suis en lui.

2.      I am part of nature, and nature is part of me. I am what I am in my communication and communion with all living things. I am an irreducible and coherent whole with the web of life on the planet.
Je fais partie de la nature et la nature fait partie de moi. Je suis ce que je suis dans ma communication et communion avec l’ensemble du vivant. Je suis un tout irréductible et cohérent avec le web de la vie sur la planète.

3.      I am part of society, and society is part of me. I am what I am in my communication and communion with my fellow humans. I am an irreducible and coherent whole with the community of humans on the planet.
Je fais partie de la société, et la société fait partie de moi. Je suis ce que je suis dans ma communication et communion avec mes pairs humains. Je suis un tout irréductible et cohérent avec la communauté des humains sur la planète.
Gyorgyi: With the consciousness that arose in me, my life has taken on new meaning. I will never be lonely again, never feel alone. Because I am not alone and disconnected, I am an essential part of everybody and everything around me. I am one with the world, and have always been, even if with my earlier, and now discarded duality-consciousness I did not know it.
Avec la conscience qui grandit en moi, ma vie prend un nouveau sens. Je ne serai plus jamais seule, ne me sentirai plus seule. Car je ne suis pas seule et déconnectée, je suis une part essentielle de tout le monde et de tout ce qui existe autour de moi. Je suis une avec le monde, et l’ai toujours été, même si ma conscience, était alors duelle et que je ne le savais pas.

4.      I am more than a skin-and-bone material organism: my body, and its cells and organs are manifestations of what is truly me: a self-sustaining, self-evolving dynamic system arising, persisting and evolving in interaction with everything around me..
Je suis plus qu’un organisme fait de peau et d’os ; mon corps, mes cellules et organes sont la manifestation de ce qui est réellement moi : un système dynamique auto-suffisant, auto-évoluant, émergeant, se maintenant et évoluant en interaction avec tout ce qui existe autour de moi.

5.      I am one of the highest, most evolved manifestations of the drive toward coherence and wholeness in the universe. All systems drive toward coherence and wholeness in interaction with all other systems, and my essence is this cosmic drive. It is the same essence, the same spirit that is inherent in all the things that arise and evolve in nature, whether on this planet or elsewhere in the infinite reaches of space and time.
Je suis une des manifestations parmi les plus hautes, les plus évoluées de la cohérence et du Tout au sein de l’univers. Tous les systèmes conduisent à une cohérence et à une globalité en interaction avec les autres systèmes, et mon essence vient de cette expression cosmique. C’est cette même essence, ce même esprit qui est inhérent à toutes le choses qui émergent et évoluent dans la nature, qu’elles soient sur Terre ou ailleurs dans l’infini de l’espace et du temps.
Gyorgyi: I evolve and I am master of my evolution. But this is not a separate, me-only evolution: it is a co-evolution with everyone and everything around me. How I evolve is part of how they evolve, and how they evolve is part of my evolution. I co-evolve with people and with all life on the planet. I co-evolve with the universe, and the universe co- evolves with me. In this wholeness I am a small but not insignificant part—I am a master of the co-evolution of the whole planet.
J’évolue et je suis maître de mon évolution. Mais moi et mon évolution ne sommes pas séparés : c’est une co-évolution avec les êtres et les choses autour de moi. Le comment j’évolue fait aussi partie du comment ils évoluent, et le comment ils évoluent fait également partie de ma propre évolution. Je co-évolue avec les personnes et avec la vie sur la planète. Je co-évolue avec l’univers, et l’univers co-évolue avec moi. Dans cette unité, je constitue une petite part mais non insignifiante du Tout, je suis responsable de la co-évolution de toute la planète.

6.      There are no absolute boundaries and divisions in this world, only transition points where one set of relations yields prevalence to another. In me, in this self-maintaining and self-evolving coherence- and wholeness- oriented system, the relations that integrate the cells and organs of my body are prevalent. Beyond my body other relations gain prevalence: those that drive toward coherence and wholeness in society and in nature.
Il n’y a pas de frontières absolues ni de divisions dans ce monde, mais uniquement des points de transition où un type de relations prédomine sur l’autre. Les connections entre mes cellules et les organes de mon corps constituent un système cohérent, autonome, évoluant et participant d’un tout. Au-delà de mon corps, d’autres relations dominent : celles qui tendent vers plus de cohérence et de globalité dans la société et dans la nature.

7.      The separate identity I attach to other humans and other things is but a convenient convention that facilitates my interaction with them. My family and my community are just as much “me” as the organs of my body. My body and mind, my family and my community, are interacting and interpenetrating, variously prevalent elements in the network of relations that encompasses all things in nature and the human world.
L’identité séparée que j’attribue aux autres êtres humains ou choses, n’est qu’une convention qui facilite mes interactions avec eux. Ma famille et ma communauté sont tout autant « moi » que les organes de mon corps. Mon corps et mon esprit, ma famille et ma communauté sont en interaction et en interpénétration ; ce sont des éléments prédominants variés dans le réseau des relations qui englobe toutes les choses de la nature et le monde des hommes.

8.      The whole gamut of concepts and ideas that separates my identity, or the identity of any person or community, from the identity of other persons and communities are manifestations of this convenient but arbitrary convention. There are only gradients distinguishing individuals from each other and from their environment and no real divisions and boundaries. There are no “others” in the world: we are all living systems and we are all part of each other.
L’éventail des concepts et des idées qui sépare mon identité ou l’identité de chaque personne ou communauté, de l’identité d’autres personnes ou d’autres communautés, est la manifestation de cette convention pratique bien qu’arbitraire. Ce sont seulement des gradients qui permettent de distinguer les individus les uns des autres et de leur environnement mais elles ne constituent pas en fait de réelles divisions et frontières. Elles ne sont pas « les autres » dans le monde : nous sommes tous des systèmes vivants et nous faisons partie intégrante de chacun d’entre nous.
Gyorgyi: With my wholeness-consciousness I realize that not only am I not separate from the world around me, I know that nobody is. The entire concept of separation is a false, illusory concept. When we act with that concept in mind we divide the unity of the world, segment its wholeness into bits and pieces. Our ego divides us, but our body does not follow suit – it acts in coherence with the whole Earth. I am part of the Earth, part of the larger whole that is the world in its totality—an almost invisible but real and inseparable part of it.
Avec la conscience du Tout, je réalise que non seulement je ne suis pas séparée du reste du monde du monde qui m’entoure, mais aussi que personne ne l’est. Le concept de séparation est faux, c’est une illusion. Lorsque nous agissons avec ce concept en tête, nous contribuons à diviser l’unité du monde, à segmenter son entièreté. Notre égo nous sépare, nous divise, mais notre corps ne le suit pas – il agit en cohérence avec la Terre entière. Je fais partie de la Terre, partie du tout plus grand qui est le monde dans sa totalité – une partie presqu’invisible mais réelle et inséparable.

9.      Attempting to maintain the system I know as “me” through ruthless competition with the system I know as “you” is a grave mistake: it could damage the integrity of the embracing whole that frames both your life and mine. I cannot preserve my own life and wholeness by damaging that whole, even if damaging a part of it seems to bring me short-term advantage. When I harm you, or anyone else around me, I harm myself.
Chercher à maintenir le système que je connais comme « moi » en étant en compétition avec le système de l’autre est une grave erreur : cela pourrait remettre en cause l’intégrité de la globalité à la fois de ma vie et celle de l’autre. Je ne peux préserver ma propre vie et mon appartenance au Tout en dégradant le Tout, même si j’ai l’impression que le fait d’en dégrader une partie peut à court terme m’apporter un avantage. Lorsque je vous fais mal, lorsque je fais mal à quelqu'un, je me fais mal.

10.    Collaboration, not competition, is the royal road to the wholeness that hallmarks healthy systems in the world. Collaboration calls for empathy and solidarity, and ultimately for love. I do not and cannot love myself if I do not love you and others around me: we are part of the same whole and so are part of each other.
La collaboration, et non la compétition, constitue la voie royale vers la globalité qui caractérise les systèmes en bonne santé dans le monde. La collaboration appelle l’empathie et la solidarité, et ultimement l’amour. Je ne peux m’aimer si je ne vous aime pas et si je n’aime pas les autres autour de moi : nous faisons partie du même Tout et nous faisons partie de chacun d’entre nous.

11.    The idea of “self-defense”, even of “national defense,” needs to be rethought. Patriotism if it aims to eliminate adversaries by force, and
heroism even in the well-meaning execution of that aim, are mistaken aspirations. A patriot and a hero who brandishes a sword or a gun is an enemy also to himself. Every weapon intended to hurt or kill is a danger to all. Comprehension, conciliation and forgiveness are not signs of weakness; they are signs of courage.
L’idée de « l’auto-défense » ou même de la « défense nationale » a besoin d’être repensée. Le patriotisme qui cherche à éliminer les adversaires par la force, et même son caractère héroïque dans l’accomplissement de ce but, est une erreur. Un patriote ou un héro qui brandit l’épée ou un fusil est l’ennemi de lui-même. Chaque arme qui est brandie pour faire du mal ou tuer, est un danger pour tous. La compréhension, la conciliation et le pardon ne sont pas des signes de faiblesse ; ils sont les signes du courage.
Gyorgyi: I am part of a community called humanity, and my country is the Earth. My immediate and real family is everybody in my community and in my country. Everything I do reflects not just on me, but on everybody in this community, whether they live next to me or far away. I reflect consciously on how I live and what I do, because everything I think and do affects all the others. Hurting anybody no matter for what reason hurts me, and healing and making anybody whole heals me and makes me whole.
Je fais partie de la communauté que l’on appelle humanité et mon pays est la Terre. Ma famille réelle et immédiate est constituée de chacun des membres de ma communauté et de mon pays. Tout ce que je fais se reflète non seulement sur moi mais sur l’ensemble des membres de la communauté, qu’ils vivent loin ou proche de moi. Je réfléchis consciemment à ce que je vis et ce que je fais, parce que tout ce à quoi je pense et que je fais, affecte aussi les autres. Faire du mal à un autre, quelle qu’en soit la raison, me fais du mal ; guérir et aider un autre à guérir me rend plus entier.

12.    “The good” for me and for every person in the world is not the possession and accumulation of personal wealth. Wealth, in money or in any material resource, is but a means for maintaining myself in my environment. As exclusively mine, it commandeers part of the resources that all things need to share if they are to live and to thrive. Exclusive wealth is a threat to all people in the human community. And because I am a part of this community, in the final count it is a threat also to me, and to all who hold it.
Ni la possession ni l’accumulation de richesses personnelles ne sont « le bon » pour moi et pour les autres dans le monde. La richesse, en termes d’argent ou de ressource matérielle, n’est qu’un moyen de vivre dans mon environnement. Si cette richesse n’est que mienne, elle prend à d’autres ce qui nécessite d’être partagé. La richesse exclusive constitue une menace pour tous les membres de la communauté humaine. Et parce que j’appartiens à cette communauté, c’est au final également une menace pour moi comme pour ceux qui la détienne.

13.    Beyond the sacred whole we recognize as the world in its totality, only life and its development have what philosophers call intrinsic value; all other things have merely instrumental value: value insofar as they add to or enhance intrinsic value. Material things in the world, and the energies and substances they harbor or generate, have value only if and insofar they contribute to life and wellbeing in the web of life on this Earth.
Au-delà du Tout sacré, nous reconnaissons que seule la vie et son développement ont, comme l’expriment les philosophes, une valeur intrinsèque ; toutes les autres choses n’ont qu’une valeur instrumentale : une valeur qui s’ajoute à ou améliore la valeur intrinsèque. Les choses matérielles du monde, et les énergies et substances qu’elles contiennent ou génèrent, ont une valeur uniquement si elles contribuent à la vie et au bien-être de la vie sur Terre.
Gyorgyi: My life, and the life of everyone in my community and my country, is the highest value, far higher than any other kind of wealth counted in money and material possessions. My possessions do not bring me pleasure or benefit if they harm others, make them unhappy, or diminish their chance for wholeness and fulfillment. The value of all things depends on what they do to my life, and since my life is part of everybody else’s life, on what they do to all other people’s lives.
Ma vie, et la vie de chacun dans ma communauté et de mon pays, constituent une valeur des plus hautes, bien plus importante que toutes les richesses comptées en argent ou en possessions matérielles. Mes possessions ne m’apportent pas de plaisir ou de bénéfice si elles font du tort à l’autre, les rendent malheureux, ou réduisent leurs chances de se sentir entiers et réalisés. La valeur de toute chose dépend de l’effet qu’elle a sur ma vie et puisque ma vie fait partie de la vie de tous les autres, de l’effet qu’elle a sur leur vie.

14.    Every healthy person has pleasure in giving: it is a higher pleasure than having. I am healthy and whole when I value giving over having. The true measure of my accomplishment and excellence is my readiness to give. Not the amount of what I give is the measure of my accomplishment and excellence, but the relation between what I give, and what my family and I need to live and to thrive.
Chaque personne saine a du plaisir à donner ; donner procure plus de plaisir qu’avoir. Je suis sain et comblé lorsque je donne plutôt que lorsque je possède. La mesure la plus juste de mon accomplissement et de mon excellence est celle de ma capacité à donner. Ce n’est pas le montant de ce que je donne qui me satisfait mais la relation que j’entretiens entre ce que je donne, et ce dont ma famille et moi-même avons besoin pour vivre et prospérer.

15.    A community that values giving over having is a community of healthy people, oriented toward thriving through empathy, solidarity, and love among its members. Sharing enhances the community of life, while possessing and accumulating creates demarcation, invites competition, and fuels envy. The share-society is the norm for all the communities of life on the planet; the have-society is typical only of modern-day humanity, and it is an aberration.
Une communauté qui donne de la valeur au don plutôt qu’à l’avoir est une communauté de personnes saines, orientée vers la prospérité, l’empathie, la solidarité et l’amour. Le partage fait grandir la communauté de la vie, alors que la possession et l’accumulation créent de la démarcation, invitent à la compétition et génèrent de l’envie. Une société de partage est la norme pour toutes les communautés de vie sur la planète : la société de possession n’est qu’une humanité des temps modernes et de ses aberrations.
Gyorgyi : A life dedicated to hoarding and collecting what others or nature can give me is not a life worth living. The pleasure it gives is short-lived and paltry, compared to the satisfaction I feel when I can give to others something that comes genuinely from me. Only when I give do I feel myself happy and fulfilled, part of the wholeness I form in my community and my country.
Une vie consacrée à collecter et amasser ce que les autres ou la nature peuvent me donner n’est pas une vie qui vaut la peine d’être vécue. Le plaisir que cela donne est passager et dérisoire, comparé à la satisfaction que je ressens lorsque je donne aux autres quelque chose qui vient authentiquement de moi. Ce n’est que lorsque je donne que je me sens heureux et comblé, faisant partie de cette globalité que je forme avec ma communauté et mon pays.

16.    I acknowledge my role and responsibility in evolving a planetary consciousness in me, and by example in others around me. I have been part of the aberration of human consciousness in the modern age, and now wish to become part of the evolution that overcomes the aberration and heals the wounds inflicted by it. This is my right as well as my duty, as a conscious member of a conscious species on a precious and now critically endangered planet.
Je reconnais mon rôle et ma responsabilité de faire évoluer la conscience planétaire en moi et chez les autres en donnant l’exemple. J’ai contribué à l’aberration de la conscience humaine de l’âge moderne et je souhaite à présent faire partie de l’évolution qui dépasse ces aberrations et contribuer à guérir les blessures qui ont été provoqués par elles. C’est mon droit comme mon devoir, en tant que membre conscient d’une espèce consciente que la planète est précieuse et terriblement en danger.
Gyorgyi: I now realize that I am an integral part of the world, a member of the human and the Earth community. I live my life, but the life I live is not only my life: it is the life of the entire human and Earth community. I live it the best way I can. This is not a choice for me; it is a duty. Even more than a duty, it is simply the way I am, a human being endowed with a consciousness of oneness and belonging.
Je réalise à présent que je fais partie intégrante du monde, que je suis un membre de la communauté humaine et de la Terre. La vie que je vis n’est pas uniquement ma vie : c’est la vie de la communauté des hommes et de la Terre toute entière. Je la vis aussi bien que je peux. Ce n’est pas un choix pour moi ; c’est un devoir. C’est plus qu’un devoir, c’est simplement ce que je suis, un être humain doué d’une conscience d’unité et d’appartenance.

Texte traduit en français par Carine Dartiguepeyrou et Alain Gauthier